Contamination des composants électroniques par des éléments radioactifs.

Cette thèse a pour objet l'étude des éléments radioactifs qui peuvent altérer le bon fonctionnement des composants électroniques au niveau terrestre. Ces éléments radioactifs sont appelés émetteurs alpha. Intrinsèques aux composants électroniques, ils se désintègrent et émettent des particules alpha qui ionisent la matière du dispositif électronique et déclenchent des SEU (Single Event Upset). Ces travaux visent à évaluer la fiabilité des circuits digitaux due à cette contrainte radiative interne aux composants électroniques. Dans ce but, tous les émetteurs alpha naturels ou artificiels susceptibles de contaminer les matériaux des circuits digitaux ont été identifiés et classés en deux catégories : les impuretés naturelles et les radionucléides introduits.

Les impuretés naturelles proviennent d'une contamination naturelle ou involontaire des matériaux utilisés. Afin d'évaluer leurs effets sur la fiabilité, le SER (Soft Error Rate) a été déterminé par simulations Monte-Carlo pour différents nœuds technologiques dans le cas de l'équilibre séculaire.

Par ailleurs, avec la miniaturisation des circuits digitaux, de nouveaux éléments chimiques ont été suggérés ou employés dans la nanotechnologie. Toutefois, certains de ces éléments utilisés en tant que matériau, ont des émetteurs alpha dans leur composition atomique. Ce type de radioisotope est appelé radionucléide introduit.  Des études basées sur des simulations Monte-Carlo et des applications analytiques ont été effectuées pour évaluer l'impact de ces derniers sur la fiabilité des dispositifs électroniques. Par la suite, des recommandations ont été proposées sur l'emploi de nouveaux éléments chimiques dans la nanotechnologie.

 

Campus saint Priest : Salle 169.

Jeudi 6 septembre à 10h00 à St Priest

Contact : Michael Gedion

FaLang translation system by Faboba